A la rencontre des Bahaméens

Alors que je vantais les charmes des Bahamas ce week-end je me suis trouvée, une fois de plus, obligée d’expliquer que non, les Bahamas ne sont pas des îles américaines. Et non, les Bahaméens ne sont pas Américains (et quand bien même, serait-ce une tare ?…). Au cours de ces cinq dernières années je suis allée par trois fois aux Bahamas, dans des circonstances différentes et jamais sur les mêmes îles ; alors laissez-moi prendre la défense de ces îles et de leurs habitants, pour quelques minutes de plus : j’aime les Bahamas, et j’aime les Bahaméens !

D’abord, un petit rappel culturel : le premier colon a avoir posé le pied sur le sable des Bahamas le 12 octobre 1492 fut… Christophe Colomb, pensant aborder les terres du nouveau-monde tandis qu’il foulait le sol de l’île de San Salvador (celle du Club Med actuel). Avant lui, ce sont les Amérindiens qui habitaient certaines des îles de l’archipel, Indiens Arawaks et / ou Lucayens. Colomb ouvrit, comme on le sait, la voie aux Espagnols qui cédèrent les îles aux Britanniques qui durent ensuite les défendre contre un essaim de pirates puis contre l’envahisseur américain entre 1776 et 1781. Les fédéralistes pourchassés par George Washington pendant la guerre d’Indépendance y furent admis comme royalistes par les Britanniques et autorisés à y trouver refuge. Une nouvelle incursion espagnole plus loin, et les Bahamas obtiennent une paix relative pendant un petit siècle. La fin de la guerre entre Nord et Sud aux Etats-Unis apporte un nouveau flux d’émigrants aux Bahamas en 1865 ; les planteurs ruinés qui débarquent avec leurs esclaves ont la surprise d’apprendre qu’aux Bahamas tous les hommes sont libres depuis une trentaine d’années malgré une ségrégation qui va perdurer pendant encore quelques décennies…

Bahaméen des Bahamas, Cat Island Bahaméen des Bahamas, Nassau, île de New Providence Bahaméen des Bahamas, restaurateur sur Cat Island

Les Bahaméens jouissant depuis longtemps d’un gouvernement, d’assemblées législatives, de tribunaux et de services publics, ils restent néanmoins très attachés à la couronne d’Angleterre. Ils obtiennent l’indépendance en 1973 mais se flattent de faire partie du Commonwealth. Mais qu’en est-il de nos jours ?

Situées à moins de 75 kilomètres des côtes de la Floride, pour l’île la plus proche du continent, les Bahamas ont une population constituée pour 85 % de noirs et de créoles et pour 12 % de blancs. Du fait de sa proximité, et des lois restrictives de la prohibition en première moitié du XXème siècle, les Américains ont vu en l’archipel un eldorado « sea, alcohol and sun » qui s’est très vite transformé en paradis touristique pour les dizaines de paquebots de croisière qui y font halte chaque semaine. 65 % du PIB des Bahamas est issu du tourisme (et 25 % des services bancaires), et la monnaie locale est le dollar bahaméen (à parité avec le dollar américain).

Bahamas, jeune serveuse au restaurant de l'hôtel Marley Resort, Nassau (île de New Providence)

Jeune serveuse au restaurant de l’hôtel Marley Resort, Nassau (île de New Providence)

Les Bahamas comptent 330 000 habitants répartis sur les îles du Nord au Sud de l’archipel, et accueillent 1,5 million de touristes par an (hors croisiéristes) dont 80 % sont Américains même si ce pourcentage tend à baisser en faveur des Européens, ce qui fait des Bahamas le premier pays « américain » en dehors des Etats-Unis.

Et pour parler d’expérience, lors de chacun de mes voyages j’ai bavardé davantage avec des Bahaméens qu’avec des expatriés américains. Restaurateurs, pêcheurs, artistes-peintres, sommeliers, serveurs, vendeurs, hôteliers, skippers, artisans, attachés au gouvernement, ou guérisseuses, tous accueillent avec le même sourire, la même ouverture d’esprit. Bien sûr j’ai préféré l’hospitalité plus spontanée des îles extérieures à celle de New Providence qui accueille sans doute trop de touristes au sein même de Nassau. J’ai plaisanté avec des pêcheurs surpris que je m’intéresse d’aussi près (avec un objectif 60 mm macro, forcément !) à leurs prises du jour. Et bien sûr l’instinct maternel qui ressurgit au détour d’un sourire enchanteur de gamine fûtée fait des merveilles auprès de ses parents.

Bahamas, fillette créole (Cat Island) Bahamas, fillette créole (Cat Island)

Les Bahaméens sont allés jusqu’à créer un programme qui me semble être unique dans le monde (si je me trompe, n’hésitez pas à le signaler !) : « People to people » est une formule d’accueil inédite mise en place par le Ministère du Tourisme pour offrir la possibilité d’aller au-delà des activités touristiques habituelles en favorisant les rencontres avec les habitants des îles. Accueillis pour la journée, les visiteurs découvrent un aspect authentique de la vie bahaméenne, une histoire et une culture différentes. Ouvert à tout le monde, le programme est entièrement personnalisé. La famille d’accueil est choisie en fonction de l’âge, de l’occupation professionnelle ou des centres d’intérêt des participants. Beaucoup de contacts noués à l’occasion du programme « People to People » se sont transformés en amitiés durables et tous ont permis à chacun de porter un regard neuf sur les Bahamas.

Evidemment, nul besoin d’attendre qu’un gouvernement favorise les contacts avec la population pour que vous alliez à la rencontre des habitants d’une île ou d’une nation toute entière !

Mais cette initiative a le mérite de susciter une curiosité de la part des visiteurs et surtout d’inciter les Bahaméens à outrepasser une légère timidité vis-à-vis du voyageur. Ensuite, laissez faire le charme des îles, la chaleur du rhum et le rythme des vagues : entre plaisanteries au détour d’un stand de crabes dans un marché local et patience dans les petits aérodromes des îles, les conversations se nouent et la magie opère. A fin juin 2009 seuls 7 800 Français s’étaient rendus aux Bahamas depuis le début de l’année !…

Vous connaissez déjà trop bien les Antilles ?… Je vous invite à découvrir les Bahamas lors de vos prochaines vacances au soleil ?… A moins qu’elles ne vous fassent encore peur ?…

Je publierai de nouvelles photos sur les Bahamas cette semaine, sur ma galerie en ligne. Et je vous parlerais bien d’un hôtel de luxe mais je me demande lequel vous préféreriez, le gigantissime Atlantis ou le plus petit mais plus charmant Marley Resort ?… Dites-moi vite !

Partir en vol direct depuis Paris avec… XL Airways
Préparer votre voyage aux Bahamas avec… Office de Tourisme
Lire tous mes articles sur les Bahamas Voir toutes mes photos sur les Bahamas

email


A propos de l'auteur
Author

Un Monde Ailleurs Rédactrice, auteure et photographe, Marie-Ange Ostré publie sur ce blog depuis 2004 - en direct ou en léger différé - les récits, photos et vidéos de ses voyages sur plus de 250 destinations différentes réparties sur les 5 continents : paysages, rencontres, culture, cuisine, plongée sous-marine, bonnes adresses,... Du vécu, du 100% témoignage : tous les voyages, à l'écoute des cinq sens !

Commentaires (6)
Répondre

Nom (requis)

Site internet