Recette de la cachupa du Cap-Vert

Les ressources du Cap-Vert sont limitées en terme de gastronomie puisque les importations sont coûteuses et les produits locaux sont répartis entre les îles de l’archipel ; certaines îles sont quasiment désertiques avec un climat très sec et à peine quelques jours de pluie par an, ne favorisant pas l’agriculture. Sur l’île de Sal vous profiterez de l’excellence du poisson fraîchement pêché du matin, goûtez au carpaccio d’espadon, aux filets grillés (ci-dessus) et au tartare de thon. Le fromage de chèvre servi en tranches fines accompagnées d’une douce confiture de papaye est un dessert local.

Filet d\'espadon du Cap-Vert

 

Mais testez donc la recette du plat national, la cachupa :

Cachupa du Cap-Vert

Ingrédients pour 8 personnes

750 g. de maïs sec gutchido
500 g. de haricots blancs
250 g. de viande de porc salé
1 poulet coupé en morceaux
125 g. de lard coupé en petits morceaux
125 g. de livre de saucisse
huile d’olive, sel et poivre
1 poivron rouge
1 poivron vert
1 poivron jaune
1 chou
1 patate douce
1 banane verte
6 tomates
1 cuillère à soupe de concentré de tomate
3 pommes de terre
3 carottes
2 oignons et de l’ail
3 à 4 piments forts (malageta de préférence)

2 racines de manioc de taille moyenne.

Préparation du plat

  • La veille faites tremper le maïs et les haricots dans une marmite d’eau pour douze heures afin de réduire le temps de cuisson.
  • Faites mariner la viande dans un mélange d’ail, de sel et d’autres épices selon votre goût. Laissez quelques heures au réfrigérateur (si vous utilisez du porc séché ne faites pas mariner : il faut rincer la viande et l’ajouter à la cachupa en même temps que le reste de la viande).
  • Remplir d’eau une grande marmite jusqu’à la moitié de sa hauteur. Ajoutez le maïs, le concentré de tomates et 2 gousses d’ail écrasées. Portez le tout à ébullition. Ajoutez un peu d’huile végétale et des piments malagetas, selon le goût. Le maïs doit bouillir deux heures ou jusqu’à ce qu’il soit mou.
  • Ajoutez régulièrement de l’eau dans la marmite afin que le maïs soit toujours recouvert.
  • Lorsque le maïs est à la bonne cuisson, ajoutez les haricots secs. Laissez mijoter quelques instants puis ajoutez le manioc.

Faites revenir la viande de porc dans de l’huile d’olive, le poulet, le lard, les saucisses, les poivrons, les oignons, les tomates, le concentré de tomates, l’ail, puis ajouter le maïs. Après une demi-heure d’ébullition, ajoutez le chou, les haricots et les pommes de terre, la patate douce, les carottes, la banane. Laissez encore mijoter à petit feu jusqu’à ce que le tout soit bien cuit.

Servez bien chaud !

Cachupa du Cap-Vert

Avec l’aimable autorisation de l’hôtel Morabeza

Lire tous mes articles sur le Cap-Vert Voir toutes mes photos sur le Cap-Vert

email


A propos de l'auteur
Author

Un Monde Ailleurs Rédactrice, auteure et photographe, Marie-Ange Ostré publie sur ce blog depuis 2004 - en direct ou en léger différé - les récits, photos et vidéos de ses voyages sur plus de 250 destinations différentes réparties sur les 5 continents : paysages, rencontres, culture, cuisine, plongée sous-marine, bonnes adresses,... Du vécu, du 100% témoignage : tous les voyages, à l'écoute des cinq sens !

Commentaires (17)
  • Avatar

    moreira mar 5 2009 - 13 h 51 min Répondre

    came donne faim et envi de la mange

  • Avatar

    Un Monde Ailleurs mar 5 2009 - 19 h 52 min Répondre

    Et je vais écrire très bientôt quelques recettes seychelloises !…
    ;-)

  • Avatar

    Rodrigues do Rosario jan 8 2010 - 18 h 35 min Répondre

    Je suis capverdien,au sujet du plat « cachupa » j’aimerai bien connaître l’origine de la personne qui a mis la recette en ligne, je voudrai simplement dire que il ou elle se trompe complètement de la conception d’une vrai cachupa puisque la vrai ne se compose pas de tels ingrédients Que je sache dans le temps le « cachupa » était considère un plat de tout le monde et on mettait comme principaux ingrédients le mais deux a trois différents types haricots un peu de viande de porc salé, aussi du thon ou maquereau mettre a la fin de la cuisson une fois que on a fait revenir l’oignon dans un peu l’huile avec de la tomate et coriandre. C’est ça la vrai « catchupa! Merci

    • Avatar

      drie avr 8 2012 - 12 h 45 min

      comme vous l’avait dit, je ne connait pas du tout ce genre de catchupa !! Je ne suis pas caverdienne mais j’ai vécu pas mal d’années avec des capverdien pour savoir faire cette cuisine à présent.
      La vrai catchupa est bien plus simple !! et n’oublions pas que le cap vert étant un pays pauvre, celà m’étonnerait qu’il y ai autant de légumes !!

      La recette que j’ai apprise est la suivante

      - du maîs en graines et des graines de congo (ou coco) que l’on fait boullir à la cocotte environ 1 h avec une ou deux gousses d’ail

      - dans un autre plat, on prend de la rouelle de porc coupée en morceau et quelques queues de porc que l’on met dans un grand plat,

      - on y met du concentré de tomate, 2 ou 3 tomate que l’on coupe en morceaux, des épices (cumin, ail, paprika, piment..), un ou 2 oignons, de l’huile d’olive et on met à cuire doucement

      - quand les graines sont cuire, généralement il ne reste presque plus d’eau.

      - mettre les graines dans la même casserole que la viande et continuer la cuisson à feu doux

      Pour cette recette, il ne vaut mieux pas être presser car il faut que çà mijote pas mal d’heure mais après c’est un régal !!

      Bon apprétit à tous

    • Avatar

      Un Monde Ailleurs avr 11 2012 - 11 h 16 min

      Merci Colette d’avoir pris le temps de nous indiquer votre version de la cachupa, c’est très aimable à vous, d’autant qu’elle semble également savoureuse.

      Comme je le signale ici tous les plats nationaux font l’objet de différentes versions (voyez le nombre de versions de la paëlla par exemple) et c’est justement cette diversité qui fait la richesse de la cuisine, qu’elle soit capverdienne ou d’ailleurs.

      Vous me donnez envie de tester votre recette !!!
      :-)

    • Avatar

      colette avr 8 2012 - 13 h 10 min

      je pense que cet hôtel a fait un mélange de plusieurs recettes du cap vert. il y d’une part la catchupa avec le mais, le congo et le porc ou le poisson mais il y a aussi une autre rectte dont je ne me souvient plus du nom qui est à base de manioc, banane verte, patate douce, choux, poisson ou viande

    • Avatar

      Un Monde Ailleurs avr 11 2012 - 11 h 21 min

      En général la cuisine proposée dans les hôtels est élaborée pour plaire à TOUS les clients, qu’ils soient locaux (quand ils viennent simplement dîner) ou étrangers : il faut séduire tous les palais. C’est ainsi qu’au Cap-Vert la cuisine d’un hôtel sera mixte, et qu’en Chine (par exemple) un Chef d’hôtel évitera de servir de la viande de chien…

      D’un autre côté je pense que cette adaptation de la cuisine locale proposée par les hôtels permet aussi à certains clients de goûter en toute sérénité (pas trop de piment par exemple) et d’avoir ensuite le choix d’aller vers une cuisine plus authentique en sortant de l’hôtel, chez l’habitant ou dans des restaurants de rue. Une sorte de palier en quelque sorte.

    • Avatar

      kity avr 8 2013 - 19 h 34 min

      je veux bien la vrai recette

  • Avatar

    Rodrigues do Rosario jan 8 2010 - 18 h 44 min Répondre

    Par contre la catchupa si désignée dans la photo ne ressemble pas a la notre c’est plutôt une catchupa a la façon des riches qui sort carrément du cadre de notre vrai tradition

  • Avatar

    Un Monde Ailleurs jan 8 2010 - 19 h 54 min Répondre

    Bonjour Rodrigues, et bienvenue sur les pages d’Un Monde Ailleurs…

    Comme je le signale à la fin de mon article, cette recette m’a été confiée (et je l’ai photographiée) par le chef de cuisine de l’hôtel Morabeza situé au Sud de l’île de Sal, au Cap-Vert lorsque j’y ai séjourné il y a quelques années. Tout comme la paella espagnole qui possède différentes variantes ou la choucroute française qui connaît quelques errances géographiques, la cachupa fait partie de ces plats nationaux qui sont « réadaptés » en fonction des régions et du budget de chacun.

    Et je vous remercie d’avoir pris le temps d’apporter cette précieuse contribution qui permet à mes lecteurs d’en savoir davantage sur ce délicieux plat d’un archipel que nous connaissons bien mal…

    :-)

  • Avatar

    lutz nov 20 2010 - 15 h 57 min Répondre

    Bonjour

    pouvez vous me dire ou je peux acheter du mais sec gutchido
    merci

    • Avatar

      colette avr 8 2012 - 12 h 53 min

      généralement on trouve du mais dans les grandes villes surtout chez les marchands africains ou bien portugais, vu que le cap vert est une ancienne colonie portugaise

    • Avatar

      Un Monde Ailleurs avr 11 2012 - 11 h 17 min

      Pour les Européens ce sera plus facile à trouver bien sûr, en supermarché. Cette mixité Afrique / Portugal fait aussi partie de la richesse culturelle du Cap-Vert, une nation très attachante.

  • Avatar

    Un Monde Ailleurs nov 23 2010 - 12 h 34 min Répondre

    Aucune idée, mais en cherchant un peu sur Google vous devriez trouver quelques épiceries africaines achalandées. Sinon j’ai réalisé cette recette avec du maïs en boîte. Moins authentique bien sûr, mais tout aussi bon dans un plat mijoté avec différents légumes.

  • Avatar

    Solen juin 4 2013 - 16 h 37 min Répondre

    Je suis assez d’accord avec le commentaire de Rodrigues
    cette recette ne correspond pas du tout à celle que nous avons l’habitude de manger traditionnellement au cap vert.
    Au cap vert, le catchupa est un plat cuisiné en toute simplicité,
    On a pour coutume aussi de le faire revenir le lendemain avec les « ovos estrelados », une merveille pour les papilles.
    je suis d’accord pour varier les plaisir mais pas au dépend de l’authenticité.
    Merci de votre attention,
    Solen

    • Avatar

      Un Monde Ailleurs juil 8 2013 - 2 h 26 min

      Merci Solen pour votre remarque. C’est pourtant une recette qui m’a été présentée sur place comme authentique, et je l’ai d’ailleurs goûtée en un autre restaurant sur l’île avec les mêmes ingrédients, ou presque. Ensuite, à chacun de préparer ou d’agrémenter cette recette en fonction de ses propres goûts.

      Cela me rappelle l’éternel débat sur « la vraie recette de paella » ou encore « la vraie recette du cassoulet »…
      :-)

  • Avatar

    Pascale oct 20 2013 - 18 h 56 min Répondre

    Et bien peu importe pour finir…. Ici au Nicaragua ils ont du maïs jaune et ne le mange pas en plat principal. Je me suis basée sur cette recette pour préparer le maïs. Je l’ai adapté à ma manière (haricots rouges) autres légumes et un peu de viande. Succulent!

Répondre

Nom (requis)

Site internet